Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juillet 2014 2 08 /07 /juillet /2014 13:56
D 13, touché...

... Voilà ce qui arrive quand on fait l'andouille : on se fait mal! ... et on coince...

 

Mon amie Brigitte étant venue travailler déjà 2 fois avec moi, elle trouvait Naran irrégulier. J'étais partie en balade, et Naran boitait au départ et ne boitait plus en revenant. J'avais travaillé également avec Tijn, et mon beau cheval n'avait plus son beau galop tout rond et si agréable... Il y avait donc bien quelque chose, mais quoi? L'ostéopathe étant passé moins d'un mois auparavant, j'avais un peu de peine à croire que Naran s'était coincé quelque part.

 

Je me suis quand même décidée à suivre Brigitte et mon instinct, et à faire appel à une ostéopathe qui m'était inconnue, pour avoir une autre approche. Le premier contact téléphonique fut très plaisant : recommandée par mon amie, la dame m'a casé dans son agenda au plus vite. Autant dire qu'elle était attendue avec impatience.

 

Au jour dit et à l'heure précise, je vois arriver une charmante dame, un peu surprise quand même de découvrir Montigny, et qui me remercie d'emblée de ne pas l'avoir abandonnée au sens pratique tout relatif de son GPS! Nous arrivons à l'écurie, où Naran attend, sagement attaché... Et en le voyant ainsi, une chose me frappe vraiment alors que je le vois tous les jours : son dos est creux, vraiment creux... Comme creusé par une crispation. Déjà je m'en veux d'avoir loupé ça et d'avoir écouté distraitement l'une ou l'autre bonne âme me disant : "Tu sais bien qu'il est comédien, il n'a pas envie!". C'est mon cheval que j'aurais dû écouter.

 

Yannick pose ses mains sur Naran pour faire connaissance, et va doucement le palper de partout : la première chose qu'elle sent et me fait sentir, c'est cette vertèbre qui a bougé, là, juste sous la selle : la 13ème dorsale. Pas étonnant que Naran ne sache plus galoper correctement, ça doit lui faire un mal de chien! Il y en a une autre, un peu plus loin, qui a bougé également, et qui ne doit pas faire de bien non plus. Tout celà se compense dans l'équilibre du bassin... et aussi dans l'épaule et dans le coude.

 

Jusqu'ici, Yannick n'a fait que palper un peu partout Naran, qui semble s'abandonner volontiers dans ses mains et lui faire confiance. Un bon point pour elle, car Naran n'apprécie que modérément les ostéopathes : il DETESTE qu'on l'aborde de front, comme pour tout d'ailleurs. On l'amène dans l'allée de côté, et Yannick me demande de le marcher et de le trotter en ligne droite, pour continuer son examen visuel. Enfin, je l'amène en piste et je le longe aux 3 allures et aux 2 mains.

 

Contrairement à la majorité des ostéopathes, Yannick va aborder Naran par les postérieurs, et ça semble parfaitement convenir à mon brave dadou : il ne résiste absolument pas. Par des mises en postures précises et en demandant au cheval de se déplacer en ayant un membre tenu, l'ostéo arrive à remettre en place tout ce qui s'était cripsé au niveau de l'arrière-main. On en vient ensuite aux fameuses vertèbres dorsales, pour lesquelles Yannick va procéder par mouvements réflexes, entre autres. Et ça fonctionne à merveille. Je vois littéralement le dos de Naran remonter de 5 bons centimètres, et mon cheval de commencer à bailler, bailler, bailler... Bon, tout cela, très bon!

 

Yannick arrive alors aux antérieurs : ça coince un peu au boulet, mais ça coince surtout au coude droit. Il faudra s'y reprendre à 3 fois, pour libérer le mouvement. Et la dame aux si bonnes mains termine par où les autres commencent habituellement : les cervicales, notamment l'atlas-axis (C1-C2, les 2 premières cervicales, juste derrière les oreilles, le centre de l'équilibre) sur un Naran qui roupille plus qu'à moitié, et qui n'offre absolument aucune résistance ni aucun recul : un charme!

 

La séance a duré en tout plus d'une heure et demi, s'est assortie de nombreux bons conseils, d'un échange continu entre la praticienne, le cheval et moi; le tout dans le respect total de l'intégrité et du caractère un peu particulier de mon faux-étalon un brin susceptible. Je n'ai jamais vu mon Naran réagir de manière aussi positive alors que je connais pas mal de méthodes et d'ostéos depuis le temps que j'en fréquente.

 

La remise au travail de Naran confirmera d'ailleurs cette excellente impression : enfin, Naran va bien! Entre nouvelles chaussures à semelles, travail suivi, sorties régulières et soins appropriés, j'ai un super-cheval!

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Pascaline Martin
commenter cet article

commentaires