Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 septembre 2015 1 21 /09 /septembre /2015 21:05
Les cocorettes (suite et pas fin)

Voilà donc mes petites cocorettes installées dans leur poulailler, le tout dans un enclos de 10x15, bien hâtivement clôturé (aie, ma sciatique). Dès le portillon ouvert, voilà mes protégées qui partent en exploration! Oh, c'est vert? c'est quoi? ça se mange? et de gratter et de picorer de gauche et de droite... Un plaisir de les voir!

 

Le soir venant se pose la question de "vont-elles rentrer?". Ma fidèle conseillère me renseigne : comme ce sont des poules de batterie, elles n'ont aucune notion de vie "normale". Pour elles, il n'y a que la règle de la lumière : "Jour, on bouge; nuit, on dort". Il faut donc leur apprendre à rentrer dans le poulailler pour dormir, toutes seules si possible. Eh bien ça ne sera pas pour ce soir. Elles sont égayées partout dans l'enclos et me voilà à  les attraper une par une pour les remettre dans leur petit bercail.

 

Les 2-3 jours qui suivent verront une nette amélioration : le matin, on sort, c'est acquis. Et le soir, on rentre, c'est acquis aussi. Mais voilà, il pleut, il n'arrête pas de pleuvoir, et du coup, mes cocorettes ne sortent pas! Elles n'aiment apparamment pas du tout la pluie! Donc elles restent douillettement blotties dans le bon nid de paille que je leur ai fait.

 

Une autre chose qui m'inquiète, mais pas outre mesure, c'est le comportement de mon chien. Il est fasciné par les poules. Et le mot n'est pas trop fort. Quand je suis dans l'enclos, il tourne, tourne, tourne, tout excité. Mais mon chien a une sciatique qui l'empêche de sauter, et il y a une bonne clôture bien solide, donc théoriquement, aucun risque! Cependant, si le chien est en présence des poules, je ne donne pas cher de leur peau.

 

Et nous voilà fin de semaine. Une amie vient me rendre visite et je laisse distraitement le chien dehors. Il fait beau, il a l'habitude de rester autour de la maison. En sortant pour récupérer mon chien, je hurle! Eliot est dans l'enclos... Il a sauté sur la clôture, cassé un poteau, et a fait un carnage dans la place! Je pense bien que mes pauvres poulettes ont passé un bien sale quart d'heure. J'évacue le chien avec une solide rouste et fait le compte des dégâts.

 

Une poulette encore un peu plus déplumée terrée dans un coin. Une réfugiée sous le pondoir, entière. Une à moitié enterrée derrière le poulailler, que je crois morte, ... mais qui fait la morte! et est bien vive, ouf! Et la 4ème dans le poulailler, un peu ravagée, mais entière aussi! Quant au poulailler lui-même, il a été à moitié vidé de sa paille d'un côté (l'entrée) et le couvercle du pondoir a volé. Le pondoir est ponctué de coups de crocs... Mes pauvres poulettes ont eu beaucoup de chance de s'en sortir!

 

Deux jours plus tard, je me rends compte avec le beau temps que mes poulettes ont vraiment un souci d'acclimatation : elles sortent maximum 2-3 heures par jour, et le reste du temps, restent à l'abri. Dans le poulailler, elles ont la paille et l'eau, mais pas de nourriture. Et là, elles ont encore vécu un traumatisme avec ce maudit clébard, que je dois vraiment tenir à l'oeil. Idéalement, il me faudrait une vieille poule, qui connaisse les choses de la vie, et qui les entraîne... Alors, pour les réacclimater et leur rendre la confiance, je passe du temps dans l'enclos, je les rassure, je leur parle, je les manipule doucement, gentiment...

 

... et je tiens Eliot à l'oeil. il est soit à l'attache, soit à mes pieds, mais fini la liberté! ... ou alors vraiment surveillée de très près!

 

(la suite au prochain numéro)

Partager cet article

Repost 0
Published by Pascaline Martin
commenter cet article

commentaires