Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 juin 2011 4 09 /06 /juin /2011 14:22

P1030809.JPGJ'ai déjà parlé du caractère disons... fantasque... d'Eragon. Je connais une partie de son histoire, j'ai reconstitué des bribes de ce qu'il a du vivre, mais sans plus. Je l'ai acheté à une très très gentille dame (trop gentille?) pour qui il était un peu compliqué. Il venait tout juste d'être castré, probablement à raison d'ailleurs. Et il avait été pré-débourré en Espagne selon les bonnes vieilles méthodes en vigueur dans la péninsule ibérique : "pas plus vite qu'à fond" sur le rond de longe, et à peine mis aux 3 allures en selle, qu'il supportait tout juste.

 

Hier soir, m'en allant gaiement nourrir ma ménagerie (avec eau chaude pour  le barbotage de Daho, pommes, poires et carottes pour dessert), j'étais accompagnée par ma chère môman. Elle-même porteuse d'une bouteille d'eau : détail important. Qui se pointe en premier lieu? Le concierge de service, j'ai nommé le sieur Eragon... Qui avise la bouteille et se met à téter goulument!!! Ah ben ça!!!

 

Et voilà que tout s'explique : ce cheval est si proche de l'homme, tellement proche, tellement avide de contact. Il cherche toujours un repère, de la compagnie. En piste, il apprécie de n'être pas seul avec son cavalier.  Il n'est pas toujours respectueux ni des hommes ni des autres chevaux : parfois il bouscule, parfois il se fait enguirlander par Daho : c'est un électron libre dans la hiérarchie, mais le fait qu'il n'ait pas peur de grand chose fait que seul Daho le domine réellement. Lui domine tous les autres, mais de manière non volontaire ou no consciente, ai-je envie de dire. Il n'a pas toujours conscience de ses limites ni de ce qu'il peut faire ou non : s'il a "vraiment envie" de rejoindre un copain, il est capable de sauter une clôture sans élan et sans préavis. Le respect revient, mais il fut un temps où il défonçait aussi sans préavis la porte de son boxe, ne supportant pas l'enfermement ni l'énervement ambiant. Il ne comprend pas toujours les limites d'un jeu ou d'un exercice : avec lui, placer des balises, c'est vital.

 

Lors de son redébourrage (parce que c'était vraiment un re-débourrage), j'ai littéralement dû courrir à côté de lui pour lui apprendre à cadencer son trot, et il a commencé à trotter correctement par imitation. S'il a été élevé au biberon, tout celà s'explique : il n'a pas eu de repères étant poulain conduit par sa mère, il a toujours été proche des hommes et probablement assez choyé jusqu'à ce qu'on le remette dans un troupeau de poulains indépendants, mais il était à ce moment déjà trop tard pour construire sa propre personnalité de cheval.

 

Nous voilà donc avec un joli cas psychologique à étudier! Cette fois-ci, j'en suis sûre, je les attire, les "cas"!

Partager cet article

Repost 0
Published by Pascaline Martin
commenter cet article

commentaires

Jacquie Kamounet 09/06/2011 16:38


Bienvenue au club des "élevés au biberon" et sans repère.
Tu connais notre Bulldozer, ça peut t'aider dans tes réflexions. N'oublies pas de donner les "trucs" que tu peux trouver en plus....