Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 janvier 2012 3 11 /01 /janvier /2012 22:08

DSCN0470.jpgVous vous rappelez le dernier cours de Curtero? J'avais un peu remonté les bretelles de sa propriétaire, au mois de novembre. J'étais fachée, vraiment fachée, ce qui ne m'arrive pas souvent. Et fachée autant sur la cavalière que sur son cheval : l'une n'avait pas correctement estimé les limites permises à son cheval, et l'autre s'était transformé en bulldozer tout à fait intolérant. A la moindre contrariété, Monsieur se braquait, s'appuyait, et refusait toute forme de coopération.

 

Depuis, j'avais pris de bonnes résolutions concernant ma santé : ne PLUS travailler à pied un cheval non coopératif. Et travailler avec les mains dans le dos ou dans les poches, pour moi, c'est me mettre une camisole de force. Heureusement que je peux toujours marcher! Je suis donc retournée donner cours à Jacquie et Curtero.

 

Le premier cours, début décembre, fut laborieux. Il a fallu l'heure de cours pour arriver à mettre cette gentille petite chose très butée sur la main. Curtero demande toujours son temps de décontraction avant de se mettre au boulot, mais là, on en était arrivés à un refus pur et simple du boulot. Curtero s'appuyait sur son mors sans aucune décontraction, à tirer comme un camion. Selon ma bonne vieille maxime : "Pour tirer, il faut être deux! Et ce n'est pas le cheval qui commence ce petit jeu! Jamais!!!" Donc il fallait désamorcer cette désagréable prise de force. J'ai donc suggéré à Jacquie de "contrarier" son cheval, à savoir de le faire tourner, tourner, tourner, et encore tourner, jusqu'à ce qu'il cède. Jacquie est fixe en selle maintenant, et au pas, elle sait faire ce travail. A chaque fois désamorcer les forces que ce brave petit cheval met sur ses épaules, ça devrait donner un résultat.

 

Le second cours, avant Noël, Jacquie avait bien contrarié son petit cheval, ça se voyait clairement... mais il manquait encore un élément. Cet élément, c'était une séance d'ostéopathie. En effet, Curtero se met naturellement sur les épaules, mais il s'appuye dans cette position, en ouvrant l'angle tête-encolure, et en prenant appui sur cette dernière, qui est ma foi bien développée. En parlant de ce problème avec Jacquie, elle m'a confié que son ostéo n'était pas parvenue à manipuler la tête de Curtero-le-traumatisé! Je soupçonnais des problèmes du côté des cervicales en C1 (le centre de l'équilibre, le siège des angoisses aussi) et peut-être plus bas. L'ostéo est venu et a trouvé un gros blocage en C1 et en C4 : là, c'est la concentration des forces de l'encolure. Il a aussi trouvé un massif d'épaules impressionnant et complètement bloqué : effectivement Curtero ne voulait/savait pas tendre les antérieurs en avant. Il y avait aussi un petit quelque chose au garrot et au niveau sacro-iliaque, ce qui est assez classique et nettement moins préoccupant. L'ostéo de Jacquie avait fait du bon travail, mais il fallait réellement une force de la nature pour venir à bout des blocages du "nain noir"... Et Jacques, mon ostéo, a toujours des mains magiques.

 

Le troisième cours a eu lieu début janvier. Et là, on a vu du changement, en bien ma foi. En tellement bien que j'ai voulu tester moi-même la chose... et que j'y ai pris du plaisir, à monter, à arrondir, et à faire travailler ce brave petit cheval, certes un peu surpris que je ne reste pas "à pied". Il m'a regardé d'un drôle d'oeil quand il m'a vue mettre le pied à l'étrier. En fait, j'ai fait sa détente après son cours, pendant que Maëlle faisait son échauffement, et nous avons travaillé en parallèle. C'était aussi amusant qu'instructif. Donner cours en étant à cheval, c'est toujours agréable : en même temps qu'on observe son élève, on applique les consignes à soi-même : redresser la tête, descendre et détendre les jambes, approfondir l'assiette. Et j'en ai profité pour confirmer quelques petites choses pour Curtero, profitant de sa bonne volonté du moment. Merci à Jacquie de me l'avoir prêté, et d'avoir immortalisé ce moment.

DSCN0463.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Pascaline Martin
commenter cet article

commentaires

Jacquie Kamounet 12/01/2012 14:26

Merci m'dame !
On va continuer à contrarier le nain. Je crois qu'il aime ça ! Il essaie de "jouer" quand je suis sur son dos comme quand je suis à pied. Et il "marmone" de nouveau, c'est un grand bavard...
J'aime.