Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 octobre 2013 1 14 /10 /octobre /2013 21:29

Pascaline_20130427-0913.jpg

 

Samedi soir, je suis fatiguée, très fatiguée... La réfection des clôtures, c'est éreintant! Mon intention est donc de nourir, emballer, et donner le dessert aux dadous, et ensuite de passer une soirée peinarde et tranquille au coin du feu. Eh bien il semblerait qu'Houdini en ait décidé autrement...

 

Je rentre d'abord les garçons, comme d'habitude : Naran intègre son box sans moufter. Houdini est nerveux, très très nerveux, il saute dans le sien et se rue sur sa litière... que j'ai changée le matin même. J'essaye de lui défendre, mais las, il n'en a cure... Je remarque juste que ses réactions sont très vives et ne m'en fais pas autrement. Quelques bouchées et il comprendra bien que ce n'est pas comestible, non?

 

Je rentre ensuite les "filles" : Ally, Grana et Lily gagnent sagement leurs boxes respectifs et je me mets à la tambouille. Lily a droit à un régime spécial qui demande un peu de préparation, ce qui me prend quelques minutes. Vient ensuite la distribution, toujours en bon ordre : Lily, Ally, Grana, Naran et pour finir "le petit". Et derechef, Houdini se jette sur sa nourriture. Mais qu'est-ce qu'il a encore ce soir, celui-là?

 

Ensuite, il est temps d'empaqueter mes frileuses pensionnaires pour la nuit. Alors que j'enfile son imper à Ally, j'entends Houdi crier : un petit couinement suraigü... J'accours, évidemment. Eh bé il est coincé! Et bien coincé! Il ne sait plus avaler. Je pige immédiatement qu'il s'agit d'un bouchon oesophagien. Quelques toux énergiques devraient le résorber. Houdini veut pourtant continuer à manger et je me hâte de vider sa mangeoire. Du coup, entre 2 toux, il veut toujours manger sa litière... Décidément! En prime, à chaque convulstion, il panique et se jette autant dans les murs que sur moi. Vite, je le sors dans la stabulation, histoire de limiter les dégâts.

 

J'ai toujours à l'écurie une grosse seringue et ma bouteille d'huile de cuisine. Vite, je la remplis et fait ingurgiter de force le contenu à mon poulain. Il l'accepte sans rechigner, puis se contracte, est pris d'une quinte de toux, et me réexpédie le contenu ... que j'évite de justesse! Je reprends une seconde seringue et renouvelle l'opération, avec le même résultat. Houdini est paniqué, et tellement contracté que je n'arrive même pas à le masser : son encolure est une masse compacte et dure, où on ne sent rien du tout! Ok, ça devient une urgence vétérinaire.

 

Vingt bonnes minutes sont nécessaires au vétérinaire de garde pour gagner Montigny. Il évalue immédiatement la situation à mon exposé succint, et prépare une petite dose de calmalgine. En 2 secondes, Houdini est piqué... et se calme presque instantanément. Ouf, c'est déjà ça! Ensuite, il sort la sonde et entreprend d'intuber mon pauvre poulinou, qui se défend quand même un peu. Au bout de quelques minutes, Houdini avale enfin ce foutu tuyau, que le véto pousse doucement, doucement, doucement... jusque dans l'estomac! Et voilà, c'est terminé... Le bouchon est passé.

 

Encore une petite piqûre de buscopan, afin de bien détendre mon poulichou, et le vétérinaire s'en va, l'âme sereine : si le bouchon est passé, tout va bien! Il me donne quelques conseils pour la suite. Je ne dois pas veiller Houdini, je peux le remettre en stabulation libre d'ici une bonne heure, et Naran est là pour lui tenir compagnie. J'irai quand même voir mon poulain et lui enfiler une couverture un peu plus tard, mais tout se termine bien. Me reste à arroser la litière avec du vinaigre, histoire de dissuader mon délinquant juvénile d'y goûter avec trop d'enthousiasme!

Partager cet article

Repost 0
Published by Pascaline Martin
commenter cet article

commentaires

Chandy 14/10/2013 22:14

Sacré Houdi ! à se demander ce qui se passe parfois dans leur tête ! Allez, on s'en sort avec une grosse frayeur.