Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 septembre 2012 1 10 /09 /septembre /2012 17:21

Pascaline_20120826-005.jpgDepuis quelques temps déjà, Grana est remise au travail gentiment. Comme je me plais à le souligner, ce n'est pas une jument poulinière, mais une jument suitée, c'est pas tout à fait pareil... Donc depuis la naissance de Houdini, j'ai très vite veillé à savoir séparer sans trop de mal la mère et son poulain, et ça se passe fort bien.

 

J'ai en cela suivi très consciencieusement les conseils avisés de Marthe Kiley-Worthingon. Non, la jument ne doit absolument pas être mise au repos. Il faut juste prendre quelques précautions pour que les moments de séparation se passent au mieux : laisser le poulain dans un lieu où il se sent en sécurité, où il a ses habitudes. S'assurer qu'il a bien tété avant le départ de môman et qu'il est repu. Et surtout, lui laisser un compagnon qu'il connaît et qui le rassure. En l'occurrence, je demande à "Tonton-Naran" de jouer les nounous pendant un petit moment, à l'attache devant le boxe de Houdini.

 

Et donc, en cette belle fin de journée, je rentre ma petite famille, et commence un bon pansage à tout le monde. Il fait calme et tranquille chez moi, il n'y a pour l'instant que mes 3 chevaux à l'écurie, mes pensionnaires ayant quitté les lieux. Je goûte ce calme et cette tranquillité, ce silence : c'est relaxant, c'est reposant, ça fait du bien. Je me sens enfin chez moi, y avait longtemps! Grana a toujours ses beaux crins et une queue dont le volume ferait pâlir d'envie un irish cob! Mais... petit hic... ma belle dame est en chaleurs.... Et elle est nerveuse et terriblement expressive. Nervosité qu'elle a d'ailleurs transmis à son fiston.Et à Naran, à tant qu'à faire!

 

J'enferme Houdi dans son grand boxe, avec Naranou pour lui tenir compagnie, et je pars travailler la belle. A peine arrivée en piste, Grana "s'exprime"! Autant par la voix que par les allures. Elle part à fond de train, me plante quelques patates au passage, fait des dérapages de pouliche et se défoule tant qu'elle peut. Je laisse faire, avec une certaine mesure, et en regardant à sa sécurité quand même. Et puis on se met au travail, gentiment, avec une jument plus calme et assez concentrée, et ça se passe bien, très bien, à telle enseigne que je ne fais pas trop attention à l'heure qui tourne.

 

De retour à l'écurie, il est déjà temps de nourrir tout le monde. Contrairement à l'habitude, je ne lache pas Houdini de suite pour qu'il retrouve sa mère. Je prends Naran et le mets dans son box, Grana toujours en main. Et "hop-boum-patatras"! J'ai pas le temps de dire ou de faire quoi que ce soit, Houdini vient de sauter sa porte de boxe. De pied ferme. Et pas content. ... sauf que là, il tremble comme une feuille et il y a un peu de dégât... Je laisse le petit se rassurer près de sa mère, le temps qu'il arrête de trembler, puis les remet en boxes, chacun le sien.

 

Le temps de nourrir les chevaux, je fais l'inventaire des blessures du poulichou : il s'est fait des écorchures partout, mais rien qui nécessite un point de suture : nombril ouvert, griffes au grasset gauche, au jarret droit, les deux canons râpés, et un boulet écorniflé. Point positif : il se laisse soigner absolument sans moufter, et je colmate tous les trous du costume avec une crème cicatrisante.

 

Dès le lendemain, les plaies sont belles et sèches, ce n'est déjà plus qu'un souvenir... et je reprends Grana pour continuer à travailler. Ce n'est que le début des aventures de mon poulain, il y en aura d'autres...C'est ça aussi, élever un poulain : y'a beaucoup de surprises!

Partager cet article

Repost 0
Published by Pascaline Martin
commenter cet article

commentaires