Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 janvier 2012 1 09 /01 /janvier /2012 20:42

Pascaline_20110605_0250.jpgMes lecteurs m'excuseront, j'ai pris quelques semaines de liberté. Panne générale : inspiration, santé, travail! Aujourd'hui, la donne a changé. Il a suffit que je mette le pied à l'étrier! ;-) J'en étais donc restée au mois passé, avec Naran en insuffisance respiratoire. Eh bien ça ne s'est pas arrangé, pas arrangé du tout. Après la première crise suivie de son traitement, il y a eu la suite : toux sur toux... Au moindre effort... La chronicité de la chose devenait vraiment évidente.

 

Bien sûr, j'en ai parlé aux vétérinaires qui m'entourent. Eviter la poussière, mouiller le foin, donner du préfané, vivre dehors. De tous ces bons conseils, j'appliquais déjà la plupart. Que celui qui n'a jamais donné de préfané à un pure race espagnole me jette donc la première pierre : je me ferai un plaisir de lui faire faire un baptème à dos de "bomba latina", tiens! Naran vit déjà dehors, mais il fait affreusement doux et humide... le temps est idéal pour le développement des allergies... Mouiller le foin n'a de sens que si le cheval fait une réaction au foin, et ce n'est pas le cas de Naran. Il n'a pas déclenché de réaction allergique quand j'ai donné du foin, mais seulement au changement de temps.

 

J'ai également parlé avec mon entourage. Ghislaine fut asthmatique et a soigné des enfants asthmatiques : elle connait et reconnait les symptômes d'un asthme d'effort, ainsi que quelques traitements, dont les broncho-dilatateurs. Deux amis médecins, à qui je fais l'exposé de la situation, me suggèrent également un traitement pour ouvrir les bronches et augmenter le volume respiratoire. Maintenant, il me faut l'aval du monde vétérinaire pour passer à l'action. Problème : mon vétérinaire traitant est en congé, sa collègue ne fait pas les chevaux, mais se renseigne. Renseignements pris, la réponse ne me convainc pas.

 

Je ne me décourage pas pour autant, et comme d'habitude en pareil cas, je me renseigne auprès de multiples sources. Et une fois de plus, je mesure la différence entre les progrès de la médecine humaine et ceux de la médecine vétérinaire. Autant la première est dans la prévention, autant la seconde en est encore à l'empirisme, souvent faute de moyens. Je tiens à préciser que je n'en blâme nullement le corps vétérinaire : ceux qui s'y consacrent sont extrêmement dévoués.

 

2 avis vétérinaires plus tard, qui semblent tout à fait positifs, je passe à l'action. Si l'idée est bonne, et approuvée, les vétos n'ont aucune idée de la posologie... Donc en cet après-midi bruineux, je vais pêcher un tas de boue en pâture, qui me suit tout content que je daigne m'occuper de lui. Et je dégaine mon arme fatale : des puffs de "Duovent". Un bon pansage plus tard, en selle!

 

Et une bonne petite séance de travail plus tard, avec beaucoup de pas, et juste quelques tours de trot, le tout récompensé par "le tour des prairies", tout va mieux! Naran n'a eu que 2 petites toux, je n'ai plus l'impression de monter un caramel mou. Un petit entretien avec mon véto plus tard, nous en concluons que je peux augmenter un peu la dose avant les séances de travail, doublée d'un traitement d'entretien pendant la mauvaise saison. Et au retour de la bonne saison, nous essayerons de trouver un moyen pour booster le système immunitaire de mon beau bai cerise, pour venir à bout ou du moins atténuer cet asthme à l'effort. On y croit!

Partager cet article

Repost 0
Published by Pascaline Martin
commenter cet article

commentaires